Photographie

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021

Découvrez les histoires qui se cachent derrière cette sélection d'images incroyables du concours de photographie de renommée mondiale.

Le Natural History Museum de Londres est à l'origine du prestigieux concours annuel Wildlife Photographer of the Year Awards. Le concours de photographie, qui en est à sa 57e édition, s'est positionné comme une plateforme de réflexion sur notre relation avec les animaux.

Les photos gagnantes, qui laissent un impact durable, suscitent des sentiments d'émerveillement et - surtout lorsque nous apprenons les histoires qui se cachent derrière elles - nous font réfléchir à notre impact sur le monde naturel.

Voici une sélection des dix photos gagnantes de l'édition de cette année et une explication de l'histoire inédite qui se cache derrière chacune d'elles.

Création, par Laurent Ballesta

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 1
Une photo d'un poisson mérou camouflé en train de frayer. Photographie : Laurent Ballesta.

Le gagnant du grand titre adulte de cette année émerge des profondeurs du monde sous-marin. Il a été capturé par le photographe et biologiste français Laurent Ballesta, qui a travaillé pendant cinq ans pour saisir ce moment d'un banc de mérous en train de frayer. Chaque année, à la pleine lune de juillet, environ 20 000 poissons se rassemblent dans le lagon de Fakarava, en Polynésie française. La photo a été prise dans une réserve qui permet d'observer les espèces menacées par la surpêche.

Le jury a qualifié l'image de « surprenante, énergique et intrigante », expliquant qu'elle avait "une beauté d'un autre monde." Ils ont également souligné la « magie » et le symbolisme du moment, mettant en évidence la façon dont la création explosive de la vie semble former un point d'interrogation.

La salle des araignées, par Gil Wizen

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 3
Le photographe a trouvé cette araignée errante brésilienne de la taille d'une main sous son lit. Photo : Gil Wizen.

Après avoir repéré une multitude de petites araignées dans sa chambre, Gil Wizen a regardé sous son lit où il a vu une araignée vagabonde brésilienne - l'une des araignées les plus venimeuses du monde - protégeant ses petits.

Lauréat du prix Urban Wildlife, il a pris cette photo de l'araignée (qui a à peu près la taille d'une main humaine) en utilisant une perspective forcée pour la faire paraître encore plus grosse. Wizen a ensuite déplacé l'araignée en toute sécurité à l'extérieur.

Habituellement, la nuit, les araignées errantes brésiliennes fouillent les forêts à la recherche de proies comme les grenouilles et les cafards. Bien que son venin puisse être mortel pour les mammifères, elle a aussi quelques usages médicinaux.

Face-à-face, par Ángel Fitor

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 5
Un combat entre deux poissons cichlidés mâles. Photographie : Ángel Fitor.

Sur cette image, on peut voir deux poissons cichlidés mâles se battre pour une coquille d'escargot, à l'intérieur de laquelle une femelle est prête à pondre des œufs.

Pendant trois semaines, le photographe espagnol Ángel Fitor a arpenté le lit d'un lac d'Afrique de l'Est à la recherche de ces combats entre mâchoires qui durent jusqu'à ce qu'un des poissons se retire. Bien que ce combat n'ait duré que quelques secondes, il a suffi à Fitor pour prendre sa photo.

Un éléphant dans la pièce, par Adam Oswell

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 7
Révéler la face cachée des spectacles d'éléphants "éducatifs". Photo : Adam Oswell.

L'une des photographies qui cherche vraiment à sensibiliser le public cette année est Elephant in the Room, de l'Australien Adam Oswell. Oswell a infiltré des zoos pour capturer des spectacles présentés comme éducatifs, mais qui, en fait, présentent une réalité troublante de notre relation avec le règne animal. Comme l'explique la description de la photo, l'entraînement pour ce type de spectacle commence généralement par la séparation de l'éléphanteau de sa mère et l'utilisation de punitions basées sur la douleur.

En Thaïlande, où cette photo a été prise, il y a aujourd'hui plus d'éléphants vivant en captivité (3 800) qu'à l'état sauvage (moins de 3 600), en partie à cause du braconnage qui se poursuivra tant que les touristes consommeront ce type de spectacles.

Au moment de choisir la photo, un membre du jury a souligné que « cela aurait pu être n'importe lequel d'entre nous dans le public, de n'importe où dans le monde, dans à peu près n'importe quel zoo. »


Road to ruin (Route vers la ruine) , par Javier Lafuente

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 9
Une représentation du "mépris" de l'humanité pour le monde naturel. Photo : Javier Lafuente.

La photo saisissante du photographe espagnol Javier Lafuente a été sélectionnée par le jury comme une image illustrant le « mépris » que nous avons pour le monde naturel.

La photo aérienne montre un passage asphalté rectiligne qui traverse le cœur sinueux des marais d'Odiel, en Andalousie. L'une des zones humides à marée les plus importantes d'Espagne et une réserve de biosphère de l'UNESCO, Odiel abrite plus de cent espèces d'oiseaux.

Construite dans les années 80 pour offrir un accès facile à une plage touristique, la construction de cette route est le reflet de notre manque de respect pour l'environnement. Les zones humides sont des écosystèmes importants en tant que puits de carbone ; en brisant et en détruisant ces paysages dans le monde entier, nous réduisons considérablement notre capacité à combattre la crise climatique.


Restes de grizzly, par Zack Clothier

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 11
Les restes d'un ours brun. Photo : Zack Clothier.

Les ours bruns passent jusqu'à sept mois à hiberner, et lorsqu'ils se réveillent au printemps - très affamés - ils mangent une grande variété d'aliments, notamment des mammifères.

Dans l'espoir d'attraper une photo d'un grizzly, le photographe américain Zack Clothier a pensé que la vue de ces restes d'orignaux serait un endroit idéal pour installer son appareil photo. Pour ce faire, il a traversé des eaux de fonte avec des arbres tombés, affrontant toutes sortes d'obstacles. À son retour, le piège de l'appareil photo avait été détruit et c'est la dernière photo qu'il a prise.

Réflexion, par Majed Ali

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 13
Le gorille de montagne Kibande, 40 ans, profite de la pluie. Photo : Majed Ali.

En voie de disparition en raison de la perte d'habitat, du braconnage, des maladies et du changement climatique, les gorilles de montagne (une sous-espèce du gorille oriental) ne se trouvent qu'à des altitudes supérieures à 1 400 mètres, soit dans les volcans Virunga, soit à Bwindi.

Après des heures de recherche, le photographe koweïtien Majed Ali est finalement tombé sur Kibande, un gorille de montagne bien connu qui vit là depuis près de 40 ans. Alors qu'il commençait à pleuvoir, Kibande, loin de se mettre à l'abri, est resté dehors, semblant profiter de la fraîcheur de l'averse, comme le montre cette expression sereine.


Nursery meltdown, par Jennifer Hayes

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 15
La mer de glace est une plateforme essentielle pour la mise bas des phoques et elle est en train de fondre. Photo : Jennifer

Chaque automne, les phoques du Groenland migrent de l'Arctique vers le sud, vers leurs zones de reproduction, pour entamer leur saison d'accouplement et de mise bas dès que la glace de mer se forme. Comme les phoques dépendent de la formation de la glace pour leur plateforme de mise bas, leur taux de natalité est fortement influencé par le climat et les effets du changement climatique.

Sur cette image de la photographe américaine Jennifer Hayes, on peut voir les scènes de naissance sur un lit de glace qui, au lieu d'être solide et résistant, est fissuré, ce qui a un impact négatif sur leur reproduction et met les petits en danger.

Cool time, par Martin Gregus

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 17
Deux ours polaires femelles se rafraîchissant en été. Photo : Martin Gregus.

Le Rising Star Portfolio Award est décerné à des photographes prometteurs âgés de 18 à 26 ans afin de reconnaître leurs compétences et leur vision précoce. Ici, les compositions du photographe canado-slovaque Martin Gregus ont impressionné les juges grâce au large éventail de techniques qu'il a utilisées pour prendre cette photo d'ours polaires.

Pris par une chaude journée d'été à l'aide d'un drone, les protagonistes de ce cliché en forme de cœur sont deux ours polaires femelles qui prennent un moment pour se rafraîchir et jouer dans les bas-fonds intertidaux.

La touche intime, par Shane Kalyn

En images : 10 lauréats du prix du photographe de la vie sauvage de l'année 2021 19
Un moment d'intimité entre deux corbeaux. Photo : Shane Kalyn.

Prise de vue d'un moment intime entre deux corbeaux. Cette photo fait partie d'une série qui rend compte d'un thème rarement exploré : la monogamie des corbeaux.

Pris au milieu de l'hiver, au début de la saison des amours des corbeaux, le photographe canadien Shane Kalyn a pris cette photo gagnante alors que le couple échangeait des cadeaux, se toilettait et se chantait des sérénades. On pense qu'ils adoptent ces comportements pour renforcer leur relation à vie.

Vous voulez en voir plus ? Jetez un coup d'œil à la galerie d'images du photographe animalier de l'année et à d'autres photos sur le site du Natural History Museum.

Le monde naturel peut également être une grande source d'inspiration pour vos propres photographies. Si vous souhaitez en savoir plus, consultez le cours Domestika d'Alvaro Valiente sur la photographie de paysages et de nature, dans lequel il vous fournit les outils nécessaires pour commencer à capturer des scènes de plein air.

Vous aimerez peut-être aussi :

- Les paramètres de base pour éditer vos photographies
- 13 Sites gratuits de photographie
- 5 Anecdotes sur la photographie qui vont vous surprendre !

0 commentaires

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour commenter

Recevez par mail les nouveautés de Domestika